news

La Chine vue par deux journalistes de Le Nouvelliste

Qu’est-ce que vous avez été faire en Chine et à l’invitation de qui ?

Robenson Geffrard : Avec des représentants de 50 autres nationalités venues des 5 continents, Gaëlle César Alexis, de Ticket et moi, reporter du Nouvelliste, de Magik 9 et de Télé 20, avons participé du 7 au 27 novembre à une formation au cours de laquelle plusieurs professeurs et personnalités chinois nous ont entretenu sur des sujets variés comme le développement des médias et des réseaux sociaux dans le monde et en Chine, la communication, le développement économique, diplomatique et culturel de la Chine, sur la diplomatie, le programme chinois Belt and Road, entre autres. Cette activité a été organisée par le ministère chinois du Commerce et les deux journalistes y ont été invités par le Bureau du développement commercial de la Chine en Haïti.

Gaëlle César Alexis : C’était mon deuxième voyage en Chine. La première fois, en touriste, j’étais restée très peu de temps et seulement à Shanghai ; cette fois je me réjouissais à l’avance pour les vingt jours, pour la possibilité de voir plus de villes et pour l’opportunité de rencontrer de vrais Chinois. L’invitation faite au Nouvelliste de désigner deux journalistes était la bienvenue et nous remercions les autorités chinoises pour l’accueil et le séjour.

En quoi consistait votre séjour?

Robenson Geffrard : Outre le côté académique classique qui consistait à suivre des cours, les organisateurs de l’activité ont fait visiter aux participants des sites historiques importants de la Chine comme la Grande muraille, le Temple Heaven, le musée national de Chine, entre autres. Il y a eu aussi la visite de plusieurs organes de presse, de la compagnie Huawei, de restaurants de renom, des centre d’art, etc.

Gaëlle César Alexis : Nous avons participé à un séminaire de formation pour les professionnels des médias et pour les journalistes des pays faisant partie de l’initiative “Belt and Road” créée par le président chinois Xi Ziping en 2013. Haïti n’ayant pas de relations diplomatiques avec la Chine, nous ne faisons pas partie de cette initiative, mais nous avons pu connaître ses avantages et aussi ses inconvénients grâce aux questions des autres participants.

Qu’avez-vous vu en Chine ?

Robenson Geffrard : Ce serait prétentieux de dire qu’on connait ou qu’on a saisi tous les aspects de la Chine et de sa population après un séjour de moins d’un mois. Toutefois, Nous avons vu un pays communiste, avec un régime politique dictatorial, réussir à développer une économie aussi capitaliste que celle des États-Unis et qui produit beaucoup de millionnaires. Dans la capitale et dans les principales villes du pays, tout le monde est là: toutes les grandes marques de l’Occident, les boutiques, les magasins, les plus célèbres fast food… La capitale et les grandes villes chinoises n’ont rien à envier aux pays européens ou nord-américains avec une population plus nombreuse.

Gaëlle César Alexis : Le séjour consistait à nous faire découvrir l’univers médiatique de la Chine, c’est-à-dire son avancement dans le domaine et son insertion dans le monde des nouveaux médias. Les deux premières semaines, plusieurs professeurs dans divers secteurs et plusieurs journalistes connus nous ont offert leur connaissance sur le thème. Ensuite nous avons quitté Beijing, la capitale, pour une province importante, Liaoning. Là-bas nous avons visité plusieurs entreprises, universités, médias, mais surtout nous avons eu une touche de la culture chinoise.

Qu’avez-vous appris en Chine ?

Robenson Geffrard : On a vu aussi une population chinoise repliée sur elle-même avec un profond respect et une confiance totale en ses dirigeants. Il faut aussi souligner que les médias sont contrôlés et la pensée aussi.

La Chine s’ouvre un peu au monde, mais conserve son identité!

On a vu aussi une volonté très prononcée des Chinois de concurrencer et de dépasser leur rival principal, les USA, sur bien des aspects.

radiotrans

December 18th, 2019

No comments

Leave a Reply